Le cerveau en lecture seule

En 2014, au mois de novembre, j’ai essayé de rejoindre le mouvent annuel du NaNoWriMo (pour « National Novel Writing Month »). Soit des dizaines de milliers d’écrivains amateurs sur la planète qui se donnent pour mission d’écrire en un mois un premier jet de court roman d’au moins 50 000 mots. J’ai pour ma part tenu la moitié de cette distance et le résultat est loin d’être présentable. Mais je partage avec vous les premiers mille mots de ce projet :


Il parait que les jumeaux se comprennent parfaitement. Qu’ils sont connectés et vivent à distance les mêmes émotions. Ça semble insensé.

Hervé et moi ne sommes pas jumeaux. Juste frère et sœur. Je suis l’aînée de quelques années et nous avons passé toute notre vie ensemble. Des observateurs extérieurs diraient que nous avons une complicité très forte. Ce serait sous-estimer complètement ce qui nous relie. Pour le dire honnêtement, nous faisons plus que nous comprendre : nous lisons chacun dans l’esprit de l’autre. Littéralement.

Dit comme ça, on pourrait penser que j’exagère. Je vous assure pourtant que non. Il suffit que je pense à Hervé pour visualiser ce qu’il voit à l’instant présent. Ce qu’il pense. Pour tout vous dire, parfois j’aimerais autant éviter. Parce qu’Hervé est un garçon dans la force de l’âge et disons qu’il ne pense pas toujours avec son cerveau.

Si je ferme les yeux et me concentre, je peux m’installer confortablement dans l’esprit de mon frère. Je connais par cœur les recoins de son cerveau, ses pouvoirs et ses faiblesses. Je le vois regarder négligemment la télévision en surfant sur son smartphone. Je l’entends rire intérieurement aux blagues grasses du présentateur. Je note une pointe de curiosité morbide à la lecture du dernier fait-divers. Je sens sa main poser sur son ventre. J’entends sa faim s’aiguiser. Je sais que dans quelques instants, il va se lever pour aller attraper quelque chose à grignoter. Je sais déjà qu’il grognera en s’extirpant du canapé mais ça, c’est juste parce que je connais toutes ses manies. On ne passe pas une vingtaine d’années à vivre en chair et en esprit avec quelqu’un sans que ça laisse des traces.

Cette connexion est à double-sens. Ce que je suis capable de lireà distance, Hervé l’est tout autant avec mon propre esprit. Après toutes ces années, j’ai appris à m’y faire mais on ne peut pas dire que j’en sois ravie.

Cette faculté n’est pas du goût de tout le monde. Nous l’avons compris assez jeunes. Je vous raconterai peut-être un jour comment nous avons effrayé plus d’une fois nos professeurs et nos camarades de classe en usant de ce pouvoir. Les conséquences furent souvent désastreuses. Nous avons vite appris à nous taire sur le sujet. Plutôt que d’attirer l’attention, nous nous sommes arrangés pour l’utiliser en notre faveur mais sans jamais faire de vague. Avec les années, nous sommes même devenus très bons à ce petit jeu.

Vous vous demandez sans doute d’où nous vient ce don ? En toute franchise, nous l’ignorons. Nous ne savons pas non plus si d’autres partagent ce talent. Jusqu’à aujourd’hui nous n’en avons jamais rencontré. Toutes nos recherches à ce sujet sont restées infructueuses. Certes la fiction, souvent assez mauvaise d’ailleurs, regorge d’histoire de télépathie ou de facultés similaires. Mais il s’agit là d’élucubrations sans fondement de petits esprits étriqués. De recherches sérieuses, de données expérimentales, de témoignages fiables, nous n’avons trouvé aucune trace.

Les lignes que j’écris ici sont sans doute les seules preuves que la lecture de pensée existe.

 

Je vous ai dit que je lisais dans l’esprit de mon frère comme en moi-même. En réalité, je peux lire dans n’importe quel esprit. Mais dans la majorité des cas, il s’agira de bribes de pensées, d’idées floues. Avec certaines personnes, je peux dire le sujet qui les préoccupe au moment où je les croise. Des ennuis de couple. Un enfant malade. Un patron impossible ou une fin du mois difficile. Génial non ? Souvent, vous en sauriez autant que moi rien qu’à voir la figure de tous ces gens.

Parfois, c’est encore plus diffus. Avec les esprits fermés ou certaines personnalités opaques, je peux à peine lire leur sentiment général. Joie, peur, chagrin, colère. Là aussi, n’importe qui avec un peu d’empathie vous en dirait autant.

A part mon frère, je n’ai croisé que très peu de personnes avec qui je pouvais en comprendre plus. Avec notre propre mère, il m’arrivait de partager quelques secondes, d’entrevoir une connexion mentale éphémère et fragile. Mais après quelques instants, le tout s’effondrait et je ne ressentais plus alors que les vagues bribes habituelles. Avec le recul, je ne sais même pas dire si j’y arrivais vraiment. Peut-être que l’enfant que j’étais à l’époque voulait souhaitait vivre cette expérience de tout son être, jusqu’à interpréter comme un lien mental une simple complicité maternelle. Maman a disparu trop vite pour que je puisse essayer encore. Je ne pourrai jamais savoir si elle en avait elle-même conscience.

 

Lire dans l’esprit de quelqu’un d’autre comporte quelques avantages. Il existe beaucoup de situations où ça peut même devenir un atout précieux.

Dès que nous avons été livrés à nous-mêmes, nous avons tenté d’en tirer de quoi vivre. Pas que nous manquions d’autres compétences. Mais naturellement, nous avons vu là une solution de facilité pour gagner un peu d’argent.

Nous avons tenté plein de combines, toutes plus au moins foireuses, avant de se résoudre à l’évidence. Soit nous jouions les phénomènes de foire et attirions l’attention sur nous. Soit nous nous fondions dans la masse pour n’utiliser notre faculté unique que de temps à autre afin de nous faciliter la vie. Histoire d’éviter les ennuis, nous avons opté pour cette deuxième solution.

Par exemple, réussir un examen peut être considérablement simplifié si votre complice vous communique tous les résultats en pensée depuis une pièce voisine. Nous avons tous les deux obtenu nos diplômes et bourses d’étude haut la main. Moitié travail moitié tricherie.

Avec les années, notre envie d’en comprendre davantage s’est aussi aiguisée. Presque naturellement, nos formations respectives nous ont amené dans les domaines d’activité susceptibles de nous aider à saisir ce que nous vivons. Je finis aujourd’hui mon doctorat de neurologie tandis qu’Hervé approfondit sa thèse de sciences cognitives. Mais jusqu’à maintenant, aucune piste sérieuse ne s’est dégagée.

Jusqu’à hier.

 

A vous de voir

Cette courte nouvelle est ma participation au concours du festival Paris Polar 2014. La première et la dernière phrase sont imposées.


Les deux hommes patientaient devant un Lavomatic dans lequel se croisait la jeunesse du quartier.

Au milieu du trottoir, le plus vieux des deux, en costume gris, fumait une cigarette. Appuyé sur la vitrine, le deuxième homme, veste en jean, examinait chaque passant. Sous son regard, les rares piétons courbaient la tête et accéléraient leur pas.

Une femme d’une quarantaine d’année sortit du porche de l’immeuble situé à droite de la laverie. Vêtue sobrement et chargée d’une grosse valise, elle semblait aux aguets. Tournant la tête, elle croisa le regard du premier des deux hommes. Puis aperçut le second qui fit un pas vers elle.

La jeune femme jeta la valise qui lui encombrait les bras et se mit à courir. Sans un mot, les deux hommes s’élancèrent à sa suite.

Elle courait vite, les coudes le long du corps. Elle tourna à droite dans la première rue, précédant de quelques mètres ses poursuivants. Après quelques enjambées, l’homme au costume ralentit sa course, s’arrêta puis sortit un téléphone.

La femme maintenait son allure, évitant les obstacles et les passants. L’autre homme la suivait de près sans parvenir à la rattraper.

Elle tourna dans une seconde rue, manqua de glisser sur le pavé mais parvint à se rétablir. L’homme profita des quelques secondes perdues pour l’atteindre. Il l’attrapa par le bras,  la projetant avec brutalité contre le mur. La tête de la jeune femme claqua contre la brique. Ses genoux s’affaissèrent. L‘homme lui attrapa les deux bras et lui plia dans le dos.

Le deuxième homme les rejoignit, toujours au téléphone.

— Rue de la ruée, au numéro 42, près du square.

Il raccrocha.

La femme essayait de se débattre mais l’homme à la veste la maintenait fermement contre le mur.

— Lâche-moi. Salaud. Qu’est-ce que vous me voulez ? Lâche-moi ou je crie.

— Crie si ça te chante.

— Tu peux crier. Tout le monde s’en fout.

Une voiture approchait. La femme tenta de se dégager et cria en direction de la voiture :

— Au secours. Aidez-moi !

L’homme à la veste en jean serra un peu plus sa prise sur ses poignets, arrachant un bracelet au passage. La voiture, un break beige, ralentit puis s’arrêta le long du trottoir. Le costume gris fit un signe de tête au chauffeur et ouvrit la porte arrière.

La veste en jean fit pivoter la femme et la poussa brutalement dans la voiture. Elle se débattit sans succès et ne parvint qu’à se cogner la tête contre le montant de la portière, s’assommant presque. Les deux hommes montèrent à leur tour et la voiture redémarra doucement.


La femme était étendue dans ce qui ressemblait à un garage. Elle était seule, couchée sur le sol, les mains et les pieds attachés. Elle essaya d’abord de se relever et d’arracher ses liens. Sans y parvenir ; les nœuds étaient serrés et s’enfoncèrent encore d’avantage dans la chair.

Elle se mit à paniquer. José n’avait pas été long pour retrouver sa trace. Visiblement il la tenait pour responsable et quoi qu’elle fasse, ils la feraient payer. Elle ne parviendrait pas à prouver son innocence.

Elle se mit à crier.

L’homme en gris entra dans la pièce. Il lui décrocha un coup de pied dans les côtes. Elle grogna de douleur.

— Crie. Vas-y, crie. Quand tu seras calmée, on discutera tous les deux.

La femme se tortillait sur le sol.

— Qui êtes-vous ? Que me voulez-vous ? Laissez-moi partir.

— Si t’arrêtais déjà de me prendre pour un con. T’avais prévu de t’envoler sans passer rembourser José ? Désolé, c’est raté.

Elle tenta de nier.

— Je ne sais pas qui vous êtes, je le jure. Vous vous trompez, laissez-moi sortir d’ici.

— Tu te répètes et tu me fatigues.

L’homme se retourna pour crier vers la porte :

— Marc, amène-toi.

Une chaise racla sur le sol dans la pièce d’à côté. Après quelques instants, l’homme à la veste s’arrêta sur le seuil.

— Quoi ?

— Madame a oublié qui était José et pourquoi il la cherchait.

— Vrai ? C’est con. Va falloir l’aider un peu, j’imagine.

— Laissez-moi. Laissez-moi, je vous en supplie…

La femme tremblait. L’homme s’approcha d’elle et la fit asseoir sur le sol.

— Regarde-moi bien. Tu es sûre de vouloir jouer à ça ?

Tête baissée, la femme sanglotait, muette.

L’homme au costume gris ramassa une barre métallique sur le sol et la passa à son acolyte.

— Tiens, ça peut servir.

L’homme saisit la femme par les cheveux.

Elle ferma les yeux et murmura à voix basse.

— Mon Dieu, aidez-moi. Vous savez que je ne mérite pas ça. Sauvez-moi.


Elle ouvrit les yeux dans la salle de bains d’un hôtel miteux. D’abord interdite, elle regarda autour d’elle. Lentement, elle prit conscience de son miraculeux salut. Elle avait échappé aux deux hommes, Dieu seul sait comment.

— Qu’est-ce qui m’arrive ?

Toujours chancelante mais presque rassurée, elle s’appuya un instant sur le lavabo et poussa un long soupir. Elle s’aspergea le visage d’eau froide puis passa dans la chambre.
La femme s’allongea sur le lit et examina la situation. Sa libération inexpliquée n’était qu’un bref sursis. Elle venait d’échapper à ces hommes mais ils la retrouveraient vite. La seule issue était de les retrouver avant qu’ils ne le fassent. Prendre l’initiative.

Pendant quelques minutes, la femme resta pensive. Le bruit de la rue lui parvenait tamisé par l’épaisseur des murs. Son regard vagabondait sur le papier. Son souffle s’apaisait peu à peu.

Elle se laissa envahir par le calme ambiant et vida son esprit. Seule existait sa respiration. Inspiration. Expiration. Inspiration. Elle sombra dans une douce torpeur. Et pour la première fois, elle sentit une présence supérieure. Bienveillante. Omnisciente.

D’abord hésitante, la femme fixa un point derrière le plafond. Puis ferma les yeux.

— Vous qui me regardez. Je sais que vous êtes là. Qui êtes-Vous ? Que me voulez-Vous ?

Toute la situation lui apparut d’un coup. Elle se vit allongée dans cette chambre minable. Elle se vit couchée sur le papier. Elle se vit aspirée par la marche inexorable de l’histoire, caractère après caractère, ligne après ligne. Comme à travers Vos yeux.

Elle se vit personnage principal. Elle saisit sa chance.

—Aidez-moi. Où sont-ils ? Comment les retrouver ? Dites-moi.


Au même moment, à quelques centaines de mètre de là, dans l’arrière salle d’un café sordide, les deux hommes attendaient. L’homme à la veste buvait une bière. Chaque gorgée était ponctuée d’un petit claquement de langue satisfait. L’homme au costume gris consultait son téléphone régulièrement, l’air préoccupé.

Un troisième homme entra dans la pièce. La soixantaine. Chauve. Un cou de taureau.

Les deux occupants se raidirent aussitôt.

— Merde. Vous l’aviez et vous la laissez s’échapper. Je dois comprendre quoi ?

L’homme en gris prit la parole.

— On ne sait pas ce qui s’est passé José. Elle a disparu d’un coup. On te jure, c’est dingue.

— Vous faites comme vous voulez mais vous me la retrouvez. Y aura pas de deuxième erreur ou vous le paierez cher.

— On y va tout de suite José. On va fouiller chez elle. On va la retrouver.

Les deux hommes sortirent rapidement de l’arrière-salle.


La femme ouvrit les yeux. De sa chambre d’hôtel, elle avait assisté à toute la scène. Les mots du passage précédent s’étaient imprimés dans son cerveau.

— Merci. J’en sais assez.

La femme acheta un bonnet en laine dans une boutique de la rue. Elle l’enfila puis se plaça dans l’ombre d’un kiosque à journaux à quelques mètres du café. Juste à temps pour voir sortir les deux hommes qui l’avaient enlevé. Ils se dirigèrent vers leur voiture garée là.

Elle attendit quelques instants que le break s’éloigne et s’arracha du kiosque. Elle avança vers le café, jeta un coup d’œil à la salle déserte et poussa la porte.

Elle traversa la salle vide et se dirigea vers la porte du fond. Devant la porte, elle inspira un grand coup. Puis entra.

Le troisième homme était de dos, assis derrière un bureau. A son arrivée, il se retourna. Son visage marqua la surprise :

— Toi ? Comment m’as-tu trouvé ?

— J’ai un informateur bien placé. Il lit entre les lignes.

L’homme se leva et s’approcha d’elle, menaçant.

— Je ne comprends rien à ce que tu racontes. Mais tu es folle d’être venue ici.

— N’approche pas. Je sais que ce sont tes hommes qui m’ont enlevé tout à l’heure. Je ne veux plus jamais les voir. Je veux que vous me laissiez tranquille.

— Sinon quoi ?

La femme eu un petit sourire narquois.

— Sinon, tu meurs ici. Écrasé par la force divine.

Puis s’adressant directement à Vous.

— Écrase-le, mon Dieu, pose ton doigt sur « lui », juste là.


La femme était passée derrière le comptoir. Elle ouvrit le tiroir-caisse et prit les quelques billets qu’il contenait.

Dans la pièce d’à côté, le gérant gisait sur le sol dans une mare de sang, le crâne défoncé.

La femme se mit à fouiller les meubles du bar. Elle marmonnait rageusement.

— Je récupère le pactole du vieux José et je file d’ici. Fin de l’histoire. A moi une nouvelle vie. Je n’ai qu’un geste à faire pour tourner la page.


La femme franchit la porte du café au moment où la voiture des deux hommes se garait devant la vitrine. D’un seul geste, l’homme à la veste en jean sortit de la voiture et l’attrapa par le bras.

Elle éclata de rire tandis qu’il la poussait sans ménagement dans la voiture. Le costume gris se précipita à l’intérieur du café.


La voiture roulait sur une route de campagne. Au volant, l’homme en gris jetait des regards inquiets dans le rétroviseur.

A l’arrière, l’autre homme tenait toujours le bras de la femme. Mais à sa grande surprise, celle-ci restait muette. Un sourire aux lèvres.

L’homme au volant s’énerva.

— Tu as tué José. Tu vas payer.

La femme haussa les épaules puis prononça distinctement.

— Allons à l’essentiel. On peut sauter ce passage ?


La voiture s’engagea sur un chemin de forêt puis s’arrêta. Les deux hommes firent descendre la femme et l’emmenèrent à quelques mètres du chemin. L’homme à la veste la poussa sans ménagement sur le sol terreux. Elle tomba sur les genoux. Sans se départir de son sourire victorieux.

L’homme au costume gris sortir un revolver de sa poche et l’appuya sur la tempe de la femme.

— Tu vas mourir ici. Comme tu as tué José.

— Vous ne pouvez rien contre moi. Je suis l’héroïne de l’histoire.

— Tu es complétement folle. Ton histoire se termine ici, point final.

Elle comprit qu’elle n’avait le droit qu’à une courte nouvelle.

Elle leva les yeux vers la cime des arbres mais Dieu ne fit pas un geste dans sa direction.

FIN

Ma vie, mon oeuvre

Depuis son hublot, Allan contemple l’atterrissage de la navette avec satisfaction.

Ces vacances s’annoncent sous les meilleurs auspices. Cette planète semble aussi accueillante que prévue. Elle est couverte d’eau sur la majeure partie de sa surface, et ponctuée de-ci de-là de petites îles paradisiaques. Aucune tache sombre n’est visible ; aucun d’indice potentiel d’une agglomération ou d’un complexe industriel.

D’après les brochures, les habitants de cette planète ont un sens de l’esthétique très développé et encouragent le beau sous toutes ses formes. C’est d’ailleurs cela qui a encouragé Allan dans le choix de sa destination. Lui qui se considère comme un artiste incompris, espère trouver ici des gens au goût sûr et qui le comprendront.

La navette amorce une dernière manœuvre et se pose lentement sur le spatioport. Allan se saisit de son sac et s’approche de la sortie. Après un dernier au revoir à l’équipage il s’engage résolument vers l’extérieur.

Là il s’arrête ébahi. Le décor planté devant lui est d’une splendeur sans pareille : un chatoiement de couleurs et de formes divinement agencées. Une véritable merveille pour les yeux que les pâles photographies de la brochure ne laissaient pas soupçonner.

Une jeune femme qui semble parfaitement à sa place dans la beauté du décor s’avance vers Allan :

— Bonjour, je m’appelle Anita, je vous servirai de guide durant votre séjour.

Allan, encore sous le choc, la suit lentement vers un petit véhicule garé là. Anita démarre aussitôt. Le véhicule glisse sans bruit.

— Vous savez, vous êtes l’un de nos premiers touristes. La Confédération vient seulement de nous donner l’autorisation d’accueillir les étrangers. Cela fait tout juste quinze ans que vous nous avez découverts. J’espère que vous vous plairez ici.

— J’en suis sûr !

Le véhicule les conduit jusqu’à un petit patio caché au milieu d’une palmeraie.

– C’est ici que vous logerez durant votre séjour. Vous ne trouverez sûrement pas tout votre confort habituel car nous manquons encore cruellement de crédits. Mais si vous avez besoin de quelque chose, appelez-moi.

Allan descend du véhicule. Cet endroit enchanteur le fascine.

— Je reviendrai vous chercher tout à l’heure. Installez-vous à votre aise.


Deux heures plus tard, Allan se détend sur le hamac. Le temps est magnifique, le silence presque complet, ponctué parfois de quelques cris d’oiseaux. Alan expire lentement. Cette planète, cette ambiance ont sur lui un effet très bénéfique. Jamais il n’a encore ressenti cette plénitude, ce sentiment unique d’être à sa place. Si les lois sur l’immigration n’étaient pas si dures à l’intérieur de la Confédération il finirait volontiers sa vie ici.

Un petit klaxon discret tinte.

— C’est l’heure de commencer votre visite, s’exclame joyeusement Anita.

Allan s’extirpe donc de son hamac et la rejoint vivement, avide des prochaines découvertes de cette planète miraculeuse.

Durant toute l’après-midi, Anita et Allan parcourent la région en tous sens. Partout ce n’est que ravissement pour les sens. A chaque fois, seule la perspective d‘autres merveilles à venir peut l’arracher à ses contemplations.

A la fin de la journée Anita reconduit Allan à son logement. Au moment où elle s’éloigne, il lui pose timidement la question qui l’a intrigué toute la journée :

— Je ne veux pas paraître trop curieux. Mais durant le voyage j’ai aperçu plusieurs petites constructions sphériques. Pourtant vous n’en avez jamais fait mention durant vos explications. A quoi servent-elles ?

— Je ne vous en ai pas parlé pour mieux attiser votre curiosité. Ces petites constructions, comme vous dites, sont ce que nous avons de plus cher. Nous en sommes très fiers. Je vous y emmènerai dès demain.

Avec un dernier sourire malicieux, Anita s ‘éloigne laissant Allan perplexe. En considération des beautés vues aujourd’hui, ces drôles d’igloos doivent êtres extraordinaires.


Sur le chemin Anita explique :

— Pour notre Civilisation, pas de dieux comme pour vous mais un seul amour du Beau. Dans nos croyances, le monde est l’œuvre d’un artiste grandiose et nous tous devons continuer sa tâche et révéler toujours plus la Beauté cachée dans chaque chose.

— Et les petites constructions alors ?

— Ne vous impatientez pas, j’y arrive. Nos traditions disent aussi que chacun de nous doit durant sa vie ériger son propre monde, comme un reflet parfait de son existence. C’est la raison de la présence de ses sphères. Chacune est l’œuvre de l’un d’entre nous qui y consacre une grande partie de sa vie. Tous les arts y sont utilisés et le résultat met en scène notre expérience personnelle.

— Vous aussi possédez une de ses sphères ?

— Bien sûr ! D’ailleurs je vous y emmène.

Le petit véhicule parvient bientôt au milieu d’une plaine couverte de fleurs. Ci et là de petits dômes crèvent la nappe florale.

— Le mien est ici.

Vues de plus près, les petites constructions se révèlent être de petites sphères d’environ dix mètres de diamètre à moitié enfoncées dans le sol. Elles présentent donc l’aspect extérieur d’un igloo. Celui d’Anita est d’un discret jaune pâle.

— La couleur de ma famille. L’entrée est là.

Alla suit impatiemment la jeune femme. En entrant, il ne retient pas un cri de stupeur.

Ce lieu est encore plus magnifique que tout ce qu’il a vu jusqu’alors. Partout sur les murs des fresques, des bas-reliefs, des compositions abstraites racontent la vie d’Anita.

– J’ai commencé mon monde il y a dix-neuf ans. Depuis je passe ici quatre heures par jour. Si peu car je suis encore jeune et soumises à d’autres obligations. Mais plus vieille j’y resterai pratiquement cloîtrée. Asseyez-vous : je vais vous raconter ma vie jusqu’à aujourd’hui.

Anita entame alors un long discours. Chaque détail du globe met en scène un évènement de son existence. Chaque jour elle témoigne ici de sa Vie et de la Beauté des choses…


Allan a mûrement réfléchi. Dès qu’Anita se présente à son domicile, il lui pose la question qu’il a ressassée toute la nuit :

— Croyez-vous que je pourrai m‘ installer ici, sur votre planète ?

Anita l’observe silencieusement avant de répondre.

— Je pense que oui. Ces quelques jours passés en votre compagnie m’ont montré que votre sens du Beau était considérablement développé pour un citoyen de la Confédération, presque autant que le nôtre. Si j’appuie votre demande d’emménagement, le Conseil ne devrait pas lever d’objections.

– Alors je reste !


Un mois plus tard la situation est régularisée. Le Conseil et les services d’immigration ont accepté sans grande difficulté.

— Puis-je avoir ma sphère? demande Allan à Anita, aussitôt la cérémonie de Citoyenneté achevée.

— Elle sera livrée chez vous tout à l’heure.


Avec ravissement Allan regarde les deux ouvriers installer sa sphère. Déjà il sent comme un lien unique entre lui et son Monde. Pas un instant il ne regrette d’avoir abandonné sa vie précédente.


Depuis bientôt deux ans, Allan travaille à sa sphère. Chaque détail est pensé, soupesé. Le moindre défaut, est inexorablement chassé. Sur cette planète vouée à l’esthétisme, le génie artistique d’Allan est enfin pleinement révélé. Sa sphère est une vraie réussite. Anita en convient facilement :

— Même chez nos plus grands artistes j’en ai peu vu d’aussi abouties.


Ce soir Allan est fier d’annoncer à Anita :

— J’ai presque terminé.

— Vraiment ? C’est merveilleux ! Tu mérites définitivement ta place ici.

Allan est aux anges. Il lui tarde de montrer le résultat de son travail.

— Viens : tu seras la première à la voir finie. Suis-moi.

Allan la conduit jusqu’à sa sphère et lui ouvre la porte cérémonieusement.

— Voilà.

— C’est… magnifique… vraiment ! Absolument extraordinaire ! L’œuvre de ta vie…

— N’est-ce-pas ? Se rengorge Allan.

— Tu la considère donc comme finie ?

— Oui. Pas toi ?

— Si mais c’est à toi d’en décider.

— Alors oui. Elle est entièrement finie, je n’ai rien ni à ajouter, ni à enlever.

Tandis qu’Anita retourne à l’extérieur, Allan contemple son œuvre. Il a du mal à y croire. Grâce à cette planète et à son atmosphère si singulière, son talent a germé pour de bon. Même le public local, habitué aux merveilles, devra en convenir.


Mais allant pour sortir Allan s’aperçoit qu’Anita a refermé la porte derrière elle, emportant la clé.

– Pourquoi a-t-elle donc fait une chose pareille ? Quelle mauvaise plaisanterie !

Mais les heures passent et Allan a beau s’égosiller, ni Anita ni personne ne vient le délivrer.

Abattu, Allan s’allonge au milieu de la sphère et attend patiemment que la mort le prenne, les yeux ouverts sur l’œuvre de sa vie, enfin réellement terminée.

Contradictions

Il y a deux hommes en l’homme.

Le premier est tourné vers le haut, le deuxième vers le bas.

Le premier est orienté vers l’extérieur, le deuxième vers l’intérieur.

Le premier est trait, le deuxième est rond.

Le premier est actif, le deuxième passif.

Le premier pense à de grandes choses, le deuxième voit petit.

Le premier aspire à s’élever, le deuxième veut se réfugier.

Le premier se projette, le deuxième s’enferme.

Le premier craint l’immobilisme, le deuxième le changement.

Le premier est dérive, le deuxième est maîtrise.

Le premier fonce vers la mort, le deuxième tente de rester nouveau né.

Le premier ambitionne les hauteurs, le deuxième se contente des petitesses.

Le premier est violence, le deuxième résistance.

Ces deux hommes font l’homme.


Il y deux êtres incomplets dans l’homme.

Le premier ne parvient jamais au but fixé. Ses ambitions ne sont jamais assouvies. Il subit la frustration.

Le deuxième ne se détache jamais du monde. Il est arrêté aux portes de son refuge. Il reste soumission.

Ces deux être forment la contradiction primaire de l’homme, le moteur de son existence.

Nous appellerons ce premier être le soi-monde et ce deuxième le monde-soi.


Le bonheur est exclusif

Le bonheur ne se cherche pas, il se trouve. Le bonheur ne dure pas, il est simplement la somme de moments d’existence plus « complets » que tous les autres. Le bonheur se vit quand il éclipse le reste.

Celui qui oublie son être résistant monde-soi vit dans le déni de soi. Il incarne l’action pure mais jamais terminée. Une fuite en avant.

Celui qui oublie son être violent soi-monde vit dans le déni du monde. Il incarne la passivité pure mais sans enjeux. Une mort née.

Ces deux états peuvent permettre le bonheur. Un bonheur complet dans sa sphère, exclusif et entier.


La sagesse est orgueilleuse

La sagesse est une tentative de se rendre accessible au bonheur. C’est une approche parmi d’autres et personne ne penserait qu’elle est plus propice qu’autre chose.

La sagesse est avant tout un état d’acceptation, de soi et du monde. L’affirmation assumée d’une contradiction profonde. Contradiction qui écartèle entre la violence et la résistance.

La sagesse refuse ces deux bonheurs pour un autre plus bancal. Celui de mesurer à chaque instant sa contradiction interne. La lutte intestinale entre deux soi asymétriques.

La sagesse est un état d’observation de soi. La sagesse est l’orgueil suprême. Elle veut rire de sa condition contradictoire. Elle est la tentative de bonheur de ceux qui croient se connaître.

Le bonheur accessible par la sagesse est intermédiaire et incomplet.

Art en question

– Dis moi, je me demandais : c’est quoi au juste l’art ?

– Facile. L’art c’est ce que créent les artistes.

 Définition : l’art est l’œuvre des artistes.

– Admettons, mais alors qu’est ce qu’un artiste ? ou plutôt qui décide de qui mérite le statut d’artiste ?

– Les experts ! Ils décident de ce qui est art ou ne l’est pas.

 Définition : l’art est une œuvre qui a été désignée comme art par les experts.

– Tu ne fais que reporter la question. Qui donc délivre le statut d’expert à ceux qui élisent l’art ?

– Les experts sont des professionnels, ils tiennent des galeries ou administrent des musées. Les artistes sont ceux qui parviennent y à exposer.

 Définition : l’art est une œuvre qui a gagné le droit d’être exposée.

– Mais donc l’art n’est qu’une catégorie de productions, un simple étiquette que des gens décident ou non d’appliquer ?! Il doit bien exister des critères généraux, non ?

– Oui bien sur, ses experts cherchent quelque chose dans l’art. Un choc esthétique par exemple.

 Définition : l’art est une œuvre qui déclenche un choc esthétique.

– Par « esthétique », tu entends un critère de beauté ? L’art doit être beau pour être art ? Mais il y a des œuvres qui me fascinent sans que je puisse les qualifier de « belles » au premier sens du terme.

– Pas forcément « belle » en effet mais qui procure des émotions, des sensations, en un mot : qui te touche.

 Définition : l’art est une œuvre qui déclenche un ressenti émotionnel.

– D’accord mais un paysage naturel peut être époustouflant aussi.

– Certes mais ce paysage n’est pas placé là pour attirer le choc qu’il provoque chez toi. Il n’y a pas de volonté de l’artiste derrière.

– D’accord mais voyons-voir… Une photo d’un cadavre, même ratée, me fait trembler, c’est donc de l’art ?

– Mais non enfin ! Parfois ça peut être de l’art, si l’auteur de la photo a tenté de faire passer une émotion supplémentaire à son simple sujet. Par le cadrage, la lumière, les couleurs. Sinon c’est juste une photo, de l’information.

Définition : l’art est une œuvre conçue par l’artiste pour déclencher un ressenti émotionnel.

– Alors d’après toi, c’est la volonté de l’artiste qui détermine ce qui est de l’art ou n’en est pas. Et si l’artiste est mauvais et que sa volonté ne suffit pas à m’émouvoir ?

– Si le résultat ne déclenche rien chez toi, ce n’est pas de l’art !

 Définition : l’art est une œuvre qui déclenche un ressenti émotionnel provoqué par l’artiste.

– Et si ça me laisse indifférent mais que ça bouleverse ma voisine ?

– Tu as de ces question ! Il faut que la majorité des gens soient touchés j’imagine, pour qu’on puisse considérer que c’est de l’art.

 Définition : l’art est une œuvre qui déclenche un ressenti émotionnel général provoqué par l’artiste.

– Mais si la majorité n’y entend plus rien en terme d’art. Si je suis le dernier amateur vivant sur Terre. Je n’ai plus le droit d’estimer que je me trouve face à de l’art ?

– Tu as de ces idées ! Mais d’accord… Disons que l’art est forcément lié à une impression personnelle. Pas besoin de recourir à l’avis de la majorité pour toucher à l’art.

 Définition : l’art est une œuvre qui déclenche un ressenti émotionnel personnel provoqué par l’artiste.

– Tout de même, avec ta définition, ça veut dire que l’artiste doit prétendre que c’est de l’art pour que ça le devienne.

– Comment ça ?

– Tu dis qu’il faut une volonté de l’artiste sous-jacente dans l’œuvre pour que ça soit de l’art. Mais cette volonté n’est connue que de l’artiste lui-même. Il faut donc qu’il s’exprime à propos de son œuvre pour en faire de l’art.

– J’imagine que oui. Et c’est bien pourquoi on en revient au fait que l’art est l’objet des artistes. Ceux-ci le savent et revendiquent leur œuvre de cette manière.

 Définition : l’art est une œuvre qui déclenche un ressenti émotionnel personnel provoqué et revendiqué par l’artiste.

– Poussons le raisonnement plus loin. Si je trouve un tableau mais que l’auteur est mort et que je suis subjugué, c’est de l’art ?

– Bien sûr, et puis un tableau c’est facile. On sait que l’auteur n’avait pas d’autre but que de l’art.

– Oui, le tableau c’est trop facile. Mais si je trouve, je ne sais pas, une structure en fer forgé et que je la trouve sublime. Et si je ne peux pas apprendre de son auteur si cette structure avait un but utilitaire ou artistique ?

– Tu regardes et tu devines. Tu dois bien voir si c’était conçu pour être utilisé ou juste contemplé !

Définition : l’art est une œuvre qui déclenche un ressenti émotionnel personnel et perçu comme provoqué et revendiqué par un artiste.

– On tient quelque chose avec cette définition. Mais ça m’amène une idée amusante. Si on découvre demain qu’un tableau jusqu’alors accroché dans un musée et qui ravissait les experts et les publics du monde entier était en fait l’œuvre d’un singe, on le décrocherait ?

– Sans doute, ça ferait scandale ! Un singe ne peut pas être un artiste.

– Mais le tableau n’a pas changé. Hier il était de l’art et aujourd’hui il ne serait plus que des traits de peinture sur une toile. Alors que, pour un public non averti de l’auteur, le choc émotionnel est le même !?

– Oui mais hier, on croyait y voir la volonté d’un artiste, son âme si tu préfères. Il y avait conversation entre l’auteur (ou prétendu auteur) et le public. Aujourd’hui on voit la supercherie et le public n’a plus rien à entendre.

– Donc mieux vaudrait ne rien dire et continuer à le présenter comme l’œuvre d’un auteur. Et notre définition tient toujours :

 Définition : l’art est une œuvre qui déclenche un ressenti émotionnel personnel et perçu comme provoqué et revendiqué par un (ou plusieurs) artistes.

– Quand même avec une définition comme celle-ci, on voudrait faire croire que l’art n’est qu’une question de perception personnelle. Ça pourrait signifier l’inutilité des musées, des experts, des cotes d’artistes.

– Pas aussi radicalement que tu le dis, les institutions sont utiles pour aiguiller mais elles ne décideront jamais de ce que tu ressens à ta place !

Réglé.

6h45. L’appartement se met en route. Lumière, son et odeur du réveil. Les 4 minutes supplémentaires du vendredi.
6h49. Le lit me met dehors. Je me dirige vers la salle de bain. Par habitude, mes pas s’accordent aux signes lumineux tracés sur le sol. L’un après l’autre.
6h51. Douche intégrale tout-en-un. Cheveux, dents, rasage, savon et rinçage.
6h54. Cuisine. Petit-déjeuner vite ingéré. Une bouchée pour les céréales, une bouchée pour le lait aux fruits (rouges, c’est vendredi).
7h00. Costume et chaussures. Déverrouillage de la porte d’entrée/sortie et émission du plan de route de la journée. Un coup d’oeil exhaustif. J’ai rendez-vous en fin d’après-midi à l’Instance de Régulation. Quelques semaines trop tôt…
7h05. Couloir, ascenseur, escalator, quai, navette. Croiser Arthur H. et le saluer. Comment vont Jeanne et Mathieu ? Activités prévues pour le Week-end ? A plus tard. Navette, quai, escalator, ascenseur, couloir, standard, bonjour Martine. Bureau, bonjour à tous, je prend mon siège.
7h12. 14 dossiers à traiter. Je fais les vérifications d’usage. 1 dossier sur 30 signalé comme incident. Quota représentatif d’une activité assidue. Sanction disciplinaire maintenue à l’écart.
9h44. Pause « ressources » générale. Salutations. Intérêts personnels et interrogations intimes. Je converse avec mes voisins directs. Prise de recul sur nos activités. Opinions diverses et contradictoires, échanges. Reprise du travail.
11h52. Fin de la matinée. Je reprends la navette vers la cellule familiale. Prise de repas en commun, prise de nouvelles, prise de rendez-vous futurs. Retrouvailles qualifiées de chaleureuses. Les souvenirs sont partagés, digérés et sublimés.
13h22. Partage des connaissances intergénérationnel. Je me rends à l’école élémentaire et retrouve mon groupe de travail. 8 enfants avides de connaître et de comprendre. Atelier « comptabilité du ménage ».
14h58. Activités dites ouvertes. Groupe de parole ouverte. Animateur ouvert à la discussion. Participants ouverts aux échanges. Je suis écouté et j’écoute. Je me construis et j’aide à se construire.
16h02. Prise de congés. Navette. Locaux administratifs, standard, secrétaire, ascenseur, 15ème étage, pétale rouge, allée Picasso, bureau 12. Je patiente.
16h18. Réception par l’employé(e). Visite de routine, soit-disant de routine, réellement de routine. Les indicateurs (mes indicateurs) stagnent. Pas d’alerte. Vigilance. Rendez-vous pris dans 38 jours.
17h02. Trafic des navettes interrompu pour la pause hebdomadaire. Invitation à rentrer en marchant. Soleil, végétation et chants d’oiseaux exotiques. La douce musique me remplit d’aise et d’air frais. Sourires mutuels de la foule.
17h43. De retour chez moi. Décrassage. Je m’installe pour la soirée. Bulletin de nouvelles puis programme ludique.
19h12. Repas.
20h02. Extinction des feux. Je passe à la chambre.
20h08. Bilan quotidien déclamé par l’appartement :

  • Bilan social : 78/100 : activité de formation menée à bien ;
  • Bilan professionnel : 82/100 : indicateurs au vert, supérieurs satisifaits ;
  • Bilan de sociabilité : 38/100 : 2 rencontres évitées, 1 abrégée ;
  • Bilan personnel : 53/100 : perte de volonté, sujet en observation ;
  • Commentaire général : « ne tardez plus pour vous reprendre en main, tout est là pour faire de vous un être accompli ».

2h12. Nuit, fondu au noir.