Enfant de salaud !

Vas y entre ! Un peu tard pour jouer les effarouchées…

Alors c’est toi, le fils Mazart.. J’ai bien connu ton paternel : une sacrée tête brulée que c’était, toujours à chercher la noise. Ca a finit par lui jouer des tours mais j’t’apprends rien.

Mais on est pas là pour faire du sentiment, je vais pas te conter fleurette. Ici gamin, on est dans les affaires. Passée la porte, y a que le business qui compte. La famille, les amis tu les laisses au vestiaire. Si tu regardes en arrière, t’avances pas droit. Et quand il s’agit de remettre dans le droit de chemin, je sais y mettre la manière, crois moi !

Mais attention ! On n’est pas des brutes. S’agit d’y mettre la forme : la main au panier certes mais la bouche en coeur. Avec mes gars, on a l’amour du travail bien fait. La mise bien propre et le sens de la formule, voilà ce qu’il faut savoir manier. Pas de raison de sortir l’artillerie à tout bout de champ. Ca effraie le pigeon et ça fait mauvais genre.

La jeunesse, je suis pas pour! Si je t’embauche, c’est pas de gaieté de coeur, mais avec l’équipe de bras cassés que j’ai, je peux bientôt fonder un hospice. Avec mes gars, on a tout fait. Chaque gros coup nous a laissé son lot de souvenirs, cicatrices et fractures. On a sauvé notre peau mais elle en garde les traces. Alors les p’tits jeunots, pétaradant comme des coqs sans avoir connu le feu, ça me fout en rogne. Le métier tu l’as pas d’instinct, ça se travaille, ça se fignole. Alors c’est facile ! Si tu marches, tu la fermes, t’ouvres grand les oreilles et t’en perds pas une miette.

Tu feras équipe avec Roger l’asticot. Roger, c’est un fère pour moi. Têtu comme une mule mais le coeur sur la main. Pas son pareil pour repérer la maréchaussée. Je compte plus les fois où on s’en est sorti juste grâce à son flair.

Mes hommes sont pas des tendres, ils ont ça dans le sang. Si tu file droit t’es de la famille. Jamais on t’laissera dans le pétrin. Mais tente seulement de jouer à la combine et ils te tomberont dessus ‘si sec. Alors fais pas le mariole ! Si tu cherches à me coincer, t’auras vite fait de comprendre la signification du mot « douleur ».

Allez file, j’t’ai assez causé. J’epère que t’as saisi le discours, j’aime pas trop me répéter. Je te donne ta chance, bonhomme ! A toi de jouer, s’agirait d’en faire bon usage…

Roger ! Met le au parfum tu veux.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *